• Thomas Roméro

DR Recrutement : Immigration et société inclusive

L’adaptation des migrants au Québec est l’un des plus gros enjeux de l’immigration. En effet, trouver un travail et un logement n’est pas suffisant pour faire part entièrement d’une nouvelle société dans laquelle les migrants vont évoluer. Nous allons présenter ici la différence entre intégration et inclusion. Nous verrons également comment cette procédure doit se faire dans différentes dimensions afin d’être efficace.


Intégration VS Inclusion


De nouvelles approches socioculturelles, à l’échelle québécoise, tout comme à l’échelle internationale, mettent en avant le terme d’inclusion, en le distinguant de celui d’intégration qui était souvent utilisé dans le contexte de l’immigration. Mais que signifie ce terme ? Et en quoi, ce concept d’inclusion se différencie-t-il du concept d’intégration ?


Jusqu’à présent, l’intégration des migrants à la société d’un pays d’arrivée se faisait uniquement de façon unilatérale. C’est-à-dire, que ces derniers devaient s’adapter parfaitement au moule de la nouvelle société. Ils devaient adopter les codes de cette dernière, sans que celle-ci s’adapte à la présence de ces nouvelles personnes. C’était aux personnes exclues des ‘normes dites ordinaires’ de la société de s’adapter pour qu’elles puissent en faire partie. Dans ce contexte précis, on cherche à rejoindre la ‘norme’ et à annuler le ‘hors-norme’.


En prenant ce phénomène dans une dimension plus réaliste et plus humaine, des études socioculturelles démontrent que l’arrivée de migrants dans un nouveau pays aurait des effets beaucoup plus bénéfiques et beaucoup plus sains dans un contexte d’inclusion.


Effectivement, l’inclusion tend vers une modification de la société, en prenant en compte l’existence et la réalité des migrants dans le pays. Son intention est de rendre accessible pour tous le plus de services et de droits possibles, en se focalisant sur l’élimination d’obstacles à travers la transformation des milieux plutôt que sur le fait d’outiller les individus pour dépasser ces obstacles.


Inclusion des migrants dans la société québécoise


Il n’y a pas de recette miracle ou de mode d’emploi prédéfini pour s’inclure dans une nouvelle société. Cette inclusion doit se faire à plusieurs niveaux et de façon bilatérale : le migrant doit s’adapter au québécois, et le québécois doit en faire de même avec le migrant en prenant en considération la présence de ce dernier dans son environnement social. L’inclusion est donc une responsabilité collective.


Sur le plan sociétal, il faut adapter les méthodes d’apprentissage pour que chacun puisse réussir à coexister et évoluer ensemble. Pour cela il faut prendre en considération la réalité de chacun, apprendre à s’ouvrir à la culture de l’autre, la comprendre et l’accepter. Cette démarche doit fonctionner dans les deux sens.


Ainsi, le potentiel et les contributions sociales de chaque personne peuvent être mis de l’avant. Chaque personne peut se permettre d’être authentique, sans avoir besoin de cacher une partie de son identité. Les politiques d’inclusion permettent de mettre fin à la marginalisation sociale des membres de groupes vulnérables, tels que les migrants, et aident par conséquent la gestion de la diversité. Elles sont donc essentielles pour les nouveaux arrivants et pour les communautés locales, et elles contribuent ainsi à des sociétés cohésives débouchant sur des économies plus fortes.


L’inclusion des migrants au sein d’une entreprise


Dans le contexte entrepreneurial, il est important que l’inclusion soit abordée de façon tridimensionnelle entre l’employeur, les employés québécois déjà présents et les nouveaux employés issus de l’immigration. Le rôle de l’employeur, au travers des valeurs véhiculées par l’entreprise est donc prépondérant. Ce dernier doit supprimer les obstacles visibles et invisibles entre les différents membres de son entreprise. Il est donc nécessaire d’exiger une affirmation des valeurs et des principes d’équité, de justice et de respect en se montrant ouvert à différentes opinions et perspectives, en dynamisant une compréhension des autres cultures et en fournissant un effort conscient pour être accueillants, serviables et respectueux de tous. Par définition, ce concept repose sur la création d’un climat sécuritaire et positif au sein de équipes.


Une immigration réalisée dans un contexte de société inclusive sera une immigration réussie. En effet, toute personne y a sa place. Le concept d’inclusion accepte que tout le monde entre dans cette société et puisse s’y retrouver avec ses différences sans jamais laisser quelqu’un de côté ou en difficulté. L’inclusion se rapporte donc à la création d’un environnement où tous les gens sont respectés de manière équitable et ont accès aux mêmes possibilités dans une dimension de respect mutuel.

219 vues4 commentaires