• Laura Dupont

DR Recrutement : Immigrer en famille avec un permis d’étude

Mis à jour : mai 14

Immigrer en famille avec un seul permis d’étude, un pari fou ? C’est le pari qu’ont fait Noémie et Alexandre, parents de 2 petits garçons. En réflexion sur ce projet depuis 2 ans, Noémie et Alexandre ont décidés de changer de vie avec leurs deux garçons pour rejoindre le Canada.


Ils partiront pour le Canada le 8 décembre 2020 avec un seul permis d’étude, celui de Alexandre, pour entrer sur le territoire Canadien avec toute la famille. La famille aura connu de long mois d’attente, les entraves de la crise sanitaire, et une arrivée un peu compliquée. A présent, ils ne regrettent plus rien des épreuves qu’Ils ont dû surmonter.


Voici un court témoignage de leur parcours, qu’ils racontent avec joie et enthousiasme.


Changement de vie


Le choix de venir au Canada pour Noémie et Alexandre s’est fait pour diverses raisons. La qualité de vie, le travail et le système éducatif plus évolué que celui en France selon eux.


Un travail qui ne leur plaisait plus, et une vie qui ne leur convenait plus, notamment avec des moments manqués auprès de leurs enfants. En raison d’un train de vie stressant et surchargé qu’Il menait depuis trop longtemps, ils ont souhaité franchir le cap du départ vers de nouvelles aventures outre-Atlantique.


En 2018, la maison est mise en vente et le projet se concrétisera dans leur esprit à la vente de celle-ci, un an avant le départ, où alors, avec les fonds nécessaires, ils décident de se lancer dans la recherche d’une agence d’immigration pour les aider à concrétiser le projet.


Aujourd’hui établis depuis quelques mois dans la région de Québec, ils sont très heureux et épanouis dans leur nouvelle vie. Alexandre est épanoui dans sa formation alors que Noémie se plait dans son travail. Quant à eux les enfants se sont adaptés très rapidement à leur nouvel environnement.


Immigrer en famille avec un seul permis d’étude, c’est possible ?


Pari qui peut s’avérer risqué. Cependant Noémie et Alexandre, certains de leur projet ont décidé de le faire. Persuadé de trouver un emploi, Noémie assure qu’elle pourra subvenir aux besoins de sa famille. Au Canada, un permis d’étude offre au conjoint de fait, un permis de travail ouvert. C’est de là que part le projet de Noémie et Alexandre.


En effet, Alexandre fera un retour aux études, à l’école de foresterie dans la région de Québec, alors que Noémie aura eu tout le loisir de choisir un emploi qui lui plait, en banque, en raison de son permis de travail ouvert.


« Le point le plus important à garder en tête est que les opportunités s’offrent à nous au Canada ».


Avez-vous connu des difficultés ?


« Le covid a tout bouleversé dans nos projets »

Le COVID-19 a compliqué et retardé l’arrivée de la famille de Noémie et Alexandre. En effet, les nouvelles mesures, chaque jour, et les offres d’emploi nécessaires pour entrer sur le territoire a quelque peu compliqué les démarches. En effet, la famille avait annoncé le départ pour juillet 2020 au travail à l’école et aux proches mais cela ne s’est pas vraiment passé comme prévu.


C’est après 4 long mois d’attente des autorisations gouvernementales pour la formation de Alexandre, la famille se réjouit et s’imagine déjà de l’autre côté de l’Atlantique. Cependant, une nouvelle mesure pour les conjoints vient s’ajouter aux restrictions de voyage, c’est la déception… Noémie doit demander une exemption de restriction de voyage ou trouver un emploi (lettre d’embauche) pour partir au Canada.


Durant ce temps, retour à l’école pour les enfants, retour chez les parents respectifs en raison de la vente de leur maison et retour au travail pour les parents, une passe de leur vie qu’Ils jugent un peu difficile et confuse.


De plus, la garderie pour les enfants est complexe à trouver. Alors avec un papa en formation, une maman au travail, cela n’a pas été facile. Le prix se fait donc ressentir en garderie privée. Mais quand on n’a pas le choix…


Autre point qui a pu ralentir leur installation, a été de se fournir en équipement. En effet, en période de pandémie, les services de livraison et autres services de magasin étant surchargé n’était pas en mesure de servir tous les clients en temps et heures. De toutes petites choses ont été très compliquées à avoir. Un point négatif pour habiller petits et grands en plein hiver québécois !


« La vie sociale ici est un peu coupée étant donné le COVID mais le travail et les études d’Alex nous permettent de garder un lien social » ajoute Noémie. En effet, en étant de nouveaux arrivants, il n’est pas toujours aisé de tisser un lien social en particulier durant la période que nous vivons actuellement.

Est-ce que vous étiez préparés ?


« La préparation je dirais que oui on s’y prépare mais on ne s’attend vraiment pas à passer par toutes ses étapes au niveau émotionnel. Il faut se séparer de beaucoup de choses en France, de sa famille, ses amis et toute notre vie… »

L’étape préparation est inévitable, il faut anticiper, budgétiser et préparer son arrivée.


« L’entreprise DR Recrutement, que nous avons choisis suite aux conseils de connaissances, est aussi là pour vous épauler et vous assister dans les démarches d’arrivée. Le processus s’est fait de manière très fluide jusqu’à l’arrivée du COVID. La situation du COVID nous a forcément touchés et aussi émotionnellement. Le dernier mois avant l’arrivée de nos lettres fût très dur, nous étions constamment reliés à nos téléphones et nous checkions nos mails quasiment toutes les 10 minutes. Cette situation nous a énormément pesée


En revanche, DR a toujours fait le maximum pour répondre à nos demandes et à nous orienter. L’aide générale était nécessaire. Avec nos jobs respectifs nous n’avions pas le temps de gérer l’administratif sur les processus d’immigration.


Là où vraiment l’aide de DR a été inévitable c’est le choix du logement, le lieu et les écoles pour les enfants. On ne regrette absolument pas d’avoir fait confiance à DR Recrutement International pour le lieu de notre habitation, elle correspond en tout point à ce qu’on souhaitait, proche de la nature et proche de Québec. Le seul point où on aurait aimé que DR nous accompagne, c’était sur les cartes de crédit, sur les démarches à faire pour avoir une bonne note de crédit. »


« La recommandation principale qu’on peut faire à nos futurs arrivants est de bien préparer son arrivée, budgétiser dès le départ pour ne pas faire de dépenses inutiles et bien gérer son argent. Ensuite ne pas avoir peur, car honnêtement depuis qu’on y est, on ne regrette rien »


Comment se déroule l’arrivée au Canada ?


Pour cette famille, comme des milliers d’autres, l’arrivée au Canada aura été un peu différente en cette période de pandémie.


Après une journée très riche en déplacement, la famille est arrivée sans encombre le 8 décembre 2020. Un airbnb, et des voitures de locations étaient réservées afin qu’Ils se rendent jusqu’à leur lieu de quarantaine. 30 minutes seulement pour obtenir les documents d’immigration et sortir de l’aéroport. Un processus très fluide et rare.


Et pour la suite ?

Alexandre se plait vraiment dans sa nouvelle école et prévoit de poursuivre les études éventuellement pour devenir garde forestier. Pour Noémie elle souhaite continuer d’évoluer dans le domaine bancaire.

La flexibilité, la qualité et le style de vie leur convient parfaitement. Ainsi, il envisage de rester au Canada à long terme pour s’y établir définitivement. Tout leur semble plus facile, plus serein et plus qualitatif que dans leur ancienne vie à présent, et ils savent apprécier ces moments.

Le plus dur pour eux, reste de s’adapter au système de crédit et de notes de crédit pour les optimiser au maximum.



Racontez-nous une anecdote ?


« Le loueur de voiture a acheté un nouveau pickup spécialement suite à notre visite. Nous étions tellement chargés que nos bagages ne rentraient pas dans la voiture initialement réservée. Un moment que nous avons particulièrement apprécié avec ce loueur de voiture ».



121 vues0 commentaire