• Laura Dupont

DR RECRUTEMENT : Retour au Québecaprès 17 ans d’attente.


Peter Jego est aujourd’hui chauffeur routier, local pour une compagnie de transport se trouvant à Donnacona. Tombé en amour avec la province il y a 17 ans lorsqu’il était en voyage, il cherchait à revenir au Québec depuis un moment pour s’y installer.


Pourquoi avoir quitté la France ?

Cela faisait 17 ans que Peter souhaitait quitter la France, seulement il a rencontré sa femme, qui ne souhaitait pas partir à l’étranger, puis ensemble, ils ont eu un enfant. La vie a fait qu’Ils sont restés tous ensemble dans leur pays natal.


Cependant, leur vie en France ne leur convenait plus et devenait de plus en plus compliqué au niveau du travail et de la qualité de vie générale. Il ressentait un poids à cette vie. En 2018, la femme de Peter Jego a alors pris, elle aussi, la décision de partir de France pour aller chercher une meilleure qualité de vie.


Tout quitter pour recommencer une nouvelle vie en famille.

« Nous sommes arrivés le 9 mars 2020, quelques jours seulement avant le confinement et durant une petite tempête de neige, ça fait changement ! »

"Avant cela, lorsque ma femme a pris la décision que nous allions quitter la France, je voulais toujours et encore plus rejoindre le Canada. Ainsi nous avons tout quitter, vendu notre maison, vendu les 2 voitures, donné nos affaires et avons gardé seulement 4 valises d’effets personnels pour partir au Québec en famille."


Depuis, chaque membre de la famille s’est très bien intégré dans son nouvel environnement. Leur fils, William est scolarisé dans la ville de Donnacona et a plein d’amis québécois à présent. Il apprécie le système scolaire en particulier le bus d’écolier qui vient le chercher chaque matin pour se rendre à l’école. Un système inexistant en Europe. La famille a d’ailleurs déjà acheté une maison dans la petite ville pour s’y établir pleinement.


« On compte rester là à long terme, c’est pour cela que nous envisageons la résidence permanente et que nous venons d’acheter une maison. Le Québec c’est pour longtemps à présent. Nous avons de nombreux projets sur le sol canadien. »



C’est quoi ton métier ?

« Je suis chauffeur routier local. C’est-à-dire que j’ai des horaires (très) variables, mais que je rentre chez moi pour dormir. En général je fais 6h – 19h ».

"Ce que je peux dire, c’est qu’au Canada nous roulons beaucoup plus que de l’autre côté de l’atlantique et que les patrons sont très à l’écoute des salariés, ils veulent qu’on soit bien"


Quels sont les points négatifs de votre immigration ?

« Le système de santé est compliqué et difficile d’accès ».

En effet, depuis sont installation, la famille a rencontré des difficultés pour voir un médecin. Sans médecin de famille, il faut savoir se lever tôt pour voir un médecin au Québec. Les solutions sont les cliniques privées, le sans rendez-vous, ou les super-cliniques. Le système de santé fait partie intégrante d’une décision d’Immigration pour nos travailleurs étrangers qui trouvent souvent là, un point négatif du système.


Par ailleurs, la carte de crédit et le système bancaire a aussi été évoqué comme une difficulté à l’intégration et l’immigration. En effet, au Canada tout comme au Québec, il nous est remis souvent 2 cartes. L’une est de débit, l’autre de crédit. Les deux s’utilisent de manière différente. En Europe n’ayant une seule carte pour tout faire, il est plus complexe de comprendre le système, souvent pas ou peu expliqué par les institutions bancaires. Après 1 an sur le territoire, la famille travaille les points négatifs de leur immigration pour

s’intégrer toujours mieux au système québécois.


Votre processus d’immigration ?


Tout s’est bien passé pour la famille. Il n’y a pas eu de problème particulier ou de difficultés à leur dossier. Cependant la famille a jugé le temps très long pour arriver, en particulier au niveau du traitement du dossier à l’immigration.


En effet, les procédures pour venir au Québec ou au Canada, peuvent prendre plusieurs mois, en général de 6 à 8 mois pour des permis de travail fermé avec EIMT. Un délai d’attente parfois insoutenable pour des candidats qui souhaitent venir rapidement au Canada pour réaliser leur plus grand rêve.


Immigrer avec un animal c’est comment ?


Immigrer avec un animal ajoute des procédures. Il faut avant tout faire vacciner l'animal avant le départ, lui faire un passeport et lui acheter une cage adaptée pour qu'il puisse être à la fois debout et allongé pendant le vol en soute.


Certaines compagnies n'acceptent pas certaines races de chiens. Attention de bien vérifier en appelant avant le départ. Les chiens sont accompagnés pendant le vol, une personne est disponible pour leur donner à boire et les relaxer. Une procédure rigoureuse qui se fait assez facilement en fin de compte.


Des conseils pour nos futurs expatriés ?


Soyez patients, très patients lors du traitement de votre demande. Cela prend du temps mais ça en vaut la peine. Également, nous ne vous le dirons jamais assez mais préparez-vous à l’arrivée. Si vous ne connaissez pas les lieux et le pays, il est important de lire, de se renseigner et de visualiser ce que sera votre vie là-bas.




80 vues0 commentaire