• Philippe Côté

DR Recrutement : Histoire de l'immigration au Canada, jusqu'à 1945

Dernière mise à jour : 6 mai

HISTOIRE DE L’IMMIGRATION AU CANADA : SES TENANTS ET ABOUTISSANTS – PARTIE 1


Cela n’est une surprise pour personne lorsque l’on mentionne que le Canada est un pays fondé par l’immigration. L’objectif premier par les administrations coloniales de l’époque n’était pas la colonisation, mais plutôt l’exploitation des ressources naturelles du terroir. Cela a fini par changer, puisque les autorités ont compris l’importance d’avoir une population stable établie afin de renforcer les liens commerciaux entre la colonie et sa métropole.


Suite à une querelle entre la France et le Royaume-Uni menant à la victoire britannique, les Anglais ont commencé à s’installer tranquillement sur ce qui serait nommé plus tard le Canada. En effet, les grandes périodes de froids ont découragé bon nombre d’immigrants à venir dans la région du fleuve Saint-Laurent et ont préféré se rendre dans une région plus chaude qui deviendra le 4 juillet 1776 les United States of America (États-Unis d’Amérique).


C’est par ailleurs à partir de cette date fatidique que l’on peut retracer le début du premier grand mouvement migratoire qu’a vécu le Canada, appelé à l’époque Province of Quebec. L’indépendance américaine a obligé bon nombre de colons anglophones qui ne désiraient pas participer à ce mouvement souverainiste à quitter leur domicile pour venir s’installer au nord du continent américain. Ceux-ci furent non seulement les premiers immigrants, mais également les premiers réfugiés de l’histoire.


Au cours du milieu du 19 e siècle, la faible croissance économique de la colonie n’a pas favorisé l’immigration sur son territoire, à l’exception de l’arrivée massive d’Irlandais fuyant la famine. Or, au mouvement migratoire au sein même de la colonie a vu le jour. En effet, puisque les meilleures terres agricoles de l’est du territoire furent en très grande partie cultivées, les agriculteurs n’avaient d’autre choix que de coloniser l’ouest. Cette colonisation est d’ailleurs devenue une priorité nationale pour les politiciens de l’époque.


Le développement économique de l’Ouest canadien a attiré vers la fin du 19 e siècle une importante immigration chinoise. Cette augmentation très rapide du nombre d’immigrants chinois a déplu aux autorités qui ont légiféré en 1885 l’Acte à l’effet de restreindre et réglementer l’immigration chinoise au Canada. Il s’agira de la première loi discriminant des immigrants selon leur ethnicité. Jusqu’à présent la législation en matière d’immigration excluait les idiots, les sourds, les aveugles, les infirmes, les criminels et les pauvres.


Au tournant du 20 e siècle, le parlement en place adopta plusieurs lois en lien avec l’immigration. C’est d’abord en 1906 qu’une nouvelle loi sur l’immigration est mise en vigueur,élargissant ainsi le nombre de personnes inadmissibles sur le territoire canadien, dont les épileptiques, les handicapés et les personnes coupables de turpitude morale. C’est d’ailleurs cette même loi qui formalisa le premier processus de déportation d’immigrants.


Quelques années plus tard, soit en 1910, le gouvernement canadien décide d’adopter L’Acte d’Immigration qui introduit le concept d’inaptitude au climat. Cette définition permettra aux autorités de refuser les ressortissants en provenance de l’Afrique ou de l’Asie de venir s’installer au Canada sous le motif qu’ils ne pourront pas s’adapter au climat froid du pays. De plus, cette même loi interdira aux tribunaux d’intervenir dans les décisions en matière d’immigration, donnant ainsi carte blanche à l’Administration publique.


La fin de la Première Guerre mondiale mènera à une modification de la loi de 1910. Ainsi, les dissidents politiques (pour ne pas dire les partisans du mouvement communiste) sont inadmissibles à immigrer au Canada de même que tous ressortissants des empires centraux (Allemagne, Bulgarie, Autriche-Hongrie et Empire ottoman). À cette liste s’ajoutent également les alcooliques, les illettrés et les tuberculeux.


En 1923, le Canada adopte une nouvelle Loi concernant l’immigration chinoise qui drastiquement l’immigration de ce pays. Entre 1923 et 1947, seulement 15 personnes chinoises auront pu immigrer au Canada.


Finalement, la crise boursière de 1929 ainsi que la grande dépression ont pratiquement arrêté l’immigration au Canada.


[Un second billet sera publié dans 2 semaines afin d’aborder l’histoire de l’immigration entre 1945 et aujourd’hui]


121 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout